L’éco­nomie


L'économie doit être à peu près ce que nous pouvons nous permettre. Financièrement, mais aussi dans le domaine écologique et social. Nous ne pouvons et ne devons pas dépasser les limites de la Terre. Et chacun a droit à sa juste part - en particulier les groupes vulnérables : les personnes dans le besoin, les habitants des pays pauvres et les animaux qui peuplent la Terre avec nous. La croissance économique constante est une illusion dans un monde aux réserves limitées et à la capacité limitée des écosystèmes. Pourtant, la plupart des gouvernements sont aveugles à la croissance économique. Dans ce contexte, les citoyens sont principalement perçus comme des consommateurs et les animaux comme des moyens de production ou des biens de consommation.

Une économie en croissance ne signifie pas nécessairement que la société se porte bien ou que les citoyens sont heureux. Pas davantage de prospérité, mais plus de bien-être doit être la boussole de notre collaboration. Un cadre de vie agréable, un air pur et une nature saine devraient compter pour une contribution positive à notre prospérité et à notre bien-être. Les activités préjudiciables à l'environnement, à la santé publique ou au bien-être des animaux, telles que l'industrie du bétail, les centrales au charbon et l'extraction de gaz, devraient au contraire être considérées comme une contribution négative. Malheureusement, c'est l'inverse dans le système actuel.

Pour déterminer et orienter les politiques, les gouvernements doivent donc utiliser des indicateurs qui orientent une économie durable et solidaire. La biodiversité, le bien-être des animaux, les moyens de subsistance et un cadre de vie propre et sûr en sont la clé.

Relié

Le commis­saire désigné pour le climat de l’UE nie la nécessité écolo­gique de réduire le nombre d'animaux dans l'élevage

Le groupe européen du Parti pour les Animaux (PvdD) a posé d'autres questions écrites à Frans Timmermans, commissaire désigné pour le climat de l'Union européenne. Le parti ne prévoit pas encore de soutenir sa candidature. Lors de l'audition au Parlement européen la semaine dernière, Timmermans a nié la nécessité d'une réduction du cheptel pour lutter efficacement contre le changement climatique....

Nouvelles