Le gouver­nement moldave local promet d’amé­liorer sa politique de protection des animaux, après la visite du membre du parlement néer­landais Esther Ouwehand


3 octobre 2018

Le week-end dernier, pour la première fois dans l’histoire de la Moldavie, une conférence a été donnée sur l’importance des droits des animaux. La députée néerlandaise du Parti pour les Animaux, Esther Ouwehand, a donné la conférence dans une université de Chişinău dans une salle de cours bondée. Ouwehand a ensuite parlé avec des protecteurs des animaux locaux et avec des experts dans le domaine de l’agriculture biologique. De la part de la municipalité de Chişinău, Ouwehand a reçu la promesse qu’un centre professionnel de stérilisation et de vaccination pour les animaux errants sera prochainement ouvert.

La conférence a eu lieu à l’invitation de l’avocat des droits des animaux Ion Dron. Esther Ouwehand a illustré pendant sa conférence comment l’engagement pour le bien-être des animaux est aussi un engagement en faveur des gens. Elle a ainsi démontré l’indispensabilité d’une société davantage liée à la nature et guidée par la compassion.

Après la conférence, Ouwehand a parlé avec divers protecteurs des animaux, qui ont tous souligné l’absence d’une législation et de réglementations pour protéger les animaux en Moldavie. En collaboration avec une ONG moldave, l’avocat Dron a rédigé un projet de loi afin de prévoir une protection adéquate des animaux dans la loi. Les protecteurs des animaux se battent maintenant ensemble pour que ce projet de loi soit adopté par le Parlement moldave.

Ouwehand a été impressionnée par les nombreuses personnes courageuses en Moldavie qui osent défendre les intérêts des animaux. Et ils le font avec succès: en partie grâce aux protestations des défenseurs des animaux, le delphinarium de Chişinău est maintenant fermé. Et un premier pas a été fait contre la maltraitance des animaux tout en criminalisant la cruauté envers les animaux dans le Code Pénal.

Ouwehand: « Défendre les intérêts des plus vulnérables au lieu des droits des plus forts peut aussi se faire proche de chez soi. Le traitement cruel des animaux (errants) n’est pas à sa place dans un pays civilisé. Et nous sommes très heureux de constater qu’ici, en Moldavie, des gens courageux se battent pour les intérêts des animaux et, par ce biais, pour le peuple moldave lui-même. Magnifique! »

Agriculture
Ouwehand a loué le fait que la Moldavie se porte relativement bien comparé avec la région dans le domaine de l’agriculture biologique, tout en cultivant des cultures nutritives telles que les noix, les fruits, les haricots et les graines de tournesol. Cependant, elle a mis en garde contre le lobby croissant des entreprises étrangères qui veulent développer l’élevage industriel en Moldavie. Maintenant que l’industrie du bétail occidentale est en crise et que les Occidentaux sont de moins en moins tolérants à l’idée que l’industrie détruit leur environnement, l’industrie tente de transférer ses pratiques polluantes vers l’Europe de l’Est.

Ouwehand: « La Moldavie a tout pour se procurer les aliments de l’avenir: des sols fertiles et une grande variété de cultures, ce qui permet de maintenir une résistance naturelle aux insectes et aux épidémies. Une agriculture sans fertilisation excessive ni poison agricole, avec plein de protéines végétales pour la consommation humaine: voilà ce dont l’Europe a besoin. Nous espérons que la Moldavie ne commettra pas les mêmes erreurs que l’Occident et s’opposera à l’importation des pratiques d’élevage industrielles occidentales, ce qui serait un désastre pour la nature, les animaux, les gens et l’environnement de la Moldavie. »

Politique municipale

Les protecteurs des animaux moldaves ont déclaré que les gouvernements locaux font peu pour le bien-être des animaux et qu’ils participent même activement à une approche cruelle à l’égard des animaux errants, notamment en facilitant ce que l’on appelle les « Chenils de la Mort ». C’est pourquoi Ouwehand, avec les protecteurs des animaux, s’est entretenue avec le conseiller politique du maire de Chişinău.

La municipalité reconnaît qu’il y a encore beaucoup à améliorer dans le domaine de la politique du bien-être animal. Ensuite, le conseiller du maire a promis que la municipalité mènera à court terme une politique respectueuse des animaux errants. La première étape constituera en l’ouverture d’un centre professionnel de stérilisation des chiens errants, dans lequel 50 chiens peuvent être recueillis et traités conformément aux normes européennes. La municipalité a également promis que, avant même de l’ouverture du centre, les voitures dans lesquelles les animaux errants seront transportés, vont être adaptées aux animaux en les dotant, entre autres, de bonnes cages et d’un système de ventilation. Ouwehand a fait savoir au conseiller du maire qu’elle s’informera du déroulement du processus à travers les organisations pour le bien-être des animaux locales.

Lors de sa rencontre avec la municipalité, l’avocat des droits des animaux Dron a de nouveau souligné la nécessité d’une bonne politique en matière de protection des animaux: « Le bien-être des animaux est non seulement important pour les animaux eux-mêmes, mais également pour l’ensemble de la société. Une politique de protection des animaux médiocre nuit à notre société dans son ensemble. »