Worldlog du 13 février 2017


13 février 2017

La vie privée des citoyens est quelque chose à laquelle nous sommes très attachés. Aux Pays-Bas les politiciens sont en train de développer une loi soi-disant « drague », avec laquelle l’Internet peut être mis sur écoute à grande échelle par les services secrets. On parle d’une « loi de drague », parce que grâce à cette loi les services secrets sont autorisés à utiliser littéralement une drague pour recueillir sur Internet des informations sur les citoyens, même quand il n’y en a aucune raison.

Sous prétexte de la lutte contre le terrorisme la méthode soi-disant drague est introduit : de grandes quantités de données aléatoires sont collectées et recherchées pour trouver des motifs. Avec la « loi de drague » chaque citoyen est rendu suspect et ses droits sont restreints. Inutile, car les études concernant les terroristes ont révélé que ceux-ci étaient déjà sur le radar des services secrets.

Nous sommes d’avis que par la mise sur écoute et la surveillance des gens innocents une limite est vraiment dépassée. La vie privée nous donne la sécurité et nous protège contre l’état. Quand nous renonçons à notre vie privée, nous renonçons à une partie importante de notre sécurité. La restriction des droits des citoyens n’est permise que dans les cas extrêmes.

C’est très attristant qu’une majorité de notre Assemblée nationale néerlandaise a voté pour cette loi. Avec le Parti pour les Animaux je continuerai toujours à lutter pour la vie privée et la sécurité des citoyens. Récemment il s’est révélé par une enquête que le Parti pour les Animaux est le parti qui défend le mieux la vie privée aux Pays-Bas.

La semaine dernière à Amsterdam il y a eu le premier débat entre les têtes de liste pour les élections au mois de mars. C’était immédiatement un débat très spécial ! C’est-à-dire que pendant le « Débat d’arc-en-ciel entre les têtes de liste » j’ai entamé une discussion avec d’autres politiciens concernant les questions LGBTI.

Nous avons discuté si la protection juridique contre la discrimination peut être restreinte, comme quelques partis dans l’Assemblée nationale néerlandaise proposent en ce moment. Mais nous avons aussi parlé des questions telles que comment on assure un environnement sûr aux écoles et comment on aborde la violence contre les LGBTI ? Est-ce que les Pays-Bas doivent continuer à supporter les organisations LGBTI dans les pays où les droits de l’homme LGBTI sont violés ? Est-ce que le médicament de prévention VIH PrEP doit être remboursé aux Pays-Bas ?

Je le vois comme un devoir du gouvernement d’assurer une pleine intégration et l’égalité des droits partout où les groupes subordonnés, tels que les femmes, les minorités ethniques et les lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels et intersexuels (LGBTI).

A part que la défense des minorités comme LGBTI est un objectif important pour le Parti pour les Animaux, le débat a été très spécial parce que les questions ont été posées par des LGBTI qui, eux-mêmes, ont à faire avec ces sujets.

Il y aura encore de nombreux débats à l’approche des élections nationales du 15 mars et évidemment nous allons encore effectuer une variété d’actions. L’introduction du Projet B, notre programme d’élection pour les élections nationales en 2017, a été traduit en toutes les 12 langues de ce site web. Cliquez ici et changez de langue sous le bouton « Languages ». Le programme entier a aussi été traduit en anglais et il peut être lu ici.

Cordialement,

Marianne