Le Parti pour les Animaux appelle tout le monde à dénoncer la pêche élec­trique désastreuse


22 novembre 2017

Le 21 novembre la Commission de la Pêche du Parlement Européen se prononcera sur la pêche au moyen d’impulsions électriques controversée, également connue sous le nom d’électropêche. Le Conseil des ministres de l’Union Européenne veut brider cette nouvelle façon de pêcher, où l’on utilise l’électricité. Ceci au grand déplaisir du gouvernement néerlandais qui a fait pas mal de lobby pour légaliser pleinement la pêche électrique. Anja Hazekamp, ​​députée du Parti pour les Animaux au Parlement Européen, travaille avec des scientifiques et des ONG pour empêcher cela. En effet, l’électropêche implique des risques irresponsables pour la vie marine et met en péril l’avenir de nous tous. «En ce moment, la pêche durable (au moyen d’électricité) est un mythe», explique Hazekamp. Hazekamp appelle tout le monde à signer la pétition contre la pêche électrique.

La pêche électrique controversée est une technique de capture qui fonctionne avec des fils électriques qui traînent sur le fond de la mer et qui envoient des chocs électriques. Les poissons qui en conséquence se détachent du fond, peuvent ensuite être pêchés au chalut. La pêche électrique est en principe interdite dans l’Union Européenne, mais jusqu’à présent, les lobbyistes ont toujours réussi à convaincre la Commission Européenne d’autoriser l’électropêche de façon limitée.

Les Pays-Bas veulent maintenant aller plus loin tout en proposant que l’électropêche soit autorisée de manière illimitée en tant que méthode de pêche «conventionnelle». Le gouvernement néerlandais et le lobby des pêcheurs affirment que l’électropêche est durable et favorable aux poissons. Ils comparent systématiquement la pêche électrique aux techniques de pêche classiques, créant ainsi une image trompeuse où les aspects négatifs sont omis. Des tests prouvent que cette méthode peut conduire à de sérieux dégâts et à la mort des poissons. De plus, cette méthode pose un risque majeur pour l’écosystème marin. Par exemple, une exposition prolongée à de l’électricité légère pourrait modifier la composition chimique du fond de la mer et affecter la vie de nos fonds marins. De nombreuses espèces de poissons sont sensibles à l’électricité: les requins et les raies l’utilisent pour chasser.

Désertification des océans

Un autre risque est que l’on est capable de pêcher – grâce à l’équipement plus léger rendu possible par l’électropêche – dans des zones qui auparavant étaient laissées tranquilles. Cela signifie que nos eaux risquent de se vider encore plus vite. Ceci alors qu’un rapport des Nations Unies a averti il n’y a pas encore très longtemps que si nous continuons à pêcher au rythme actuel, il ne restera plus aucun poisson en 2050. Dans ce rapport, des experts ont conclu qu’un désastre pareil ne peut être évité que si les gouvernements réduisent les subventions aux flottes de pêche et si l’on donne plus d’espace aux poissons dans les océans, par exemple en déterminant des zones protégées. De cette manière, les écosystèmes et les espèces de poissons en mauvais état ont une chance réelle de se rétablir.

La pêche néerlandaise est coresponsable de la surpêche structurelle dans les eaux européennes. Pas moins de 88% des espèces de poissons sont surexploitées et 30% ont peu de chances de se rétablir. Le Parti pour les Animaux estime que les méthodes de pêche destructrices (électriques ou autres) doivent être interdites. Toutes formes de pêche alternatives ne peuvent être autorisées que si elles répondent à des critères de durabilité stricts. Le bien-être des animaux est un point de départ important à cet égard.

Signez la Pétition

L’eurodéputée du Parti pour les Animaux, Anja Hazekamp: «La pêche électrique a des conséquences désastreuses pour la faune et la flore sous-marines déjà vulnérables. Cette méthode va permettre de pêcher à une échelle encore plus grande, alors que ce que nous devons faire c’est justement démanteler la pêche. Les populations des poissons en Europe ont tellement chuté que les efforts de pêche actuels ne sont plus rentables. Au lieu de permettre la reconstitution des stocks de poissons, comme le conseillent les scientifiques, l’industrie a décidé d’épuiser toutes les réserves de poissons restantes de toutes les manières possibles. La pêche électrique fait de notre océan un cimetière et nous devons y résister de toutes nos forces. »

Hazekamp, ​​avec un groupe de scientifiques et d’ONG, appelle tout le monde à signer la pétition contre la pêche électrique. Plus de 55.000 personnes ont déjà signé la pétition.