Worldlog Semaine 42 -2013


14 octobre 2013

Enfin on s’occupe de la restriction portant sur l’importation de l’huile très polluante issue de sables bitumineux! Notre gouvernement doit essayer de faire accepter à Bruxelles une interdiction d’importation au niveau européen.

Nous insistons depuis quelque temps déjà sur des mesures à l’encontre de ce carburant dont l’extraction va de pair avec une destruction de la nature et un accaparement de terres à grande échelle. L’huile des sables bitumineux provient surtout du Canada et y conduit à de graves dommages aux écosystèmes. Pour pouvoir extraire les sables bitumineux, on défriche de larges zones forestières et, en plus, on pollue l’eau et la terre.

1381422752_6078917188_92231ee26d_b

L’huile des sables bitumineux, du fait des émissions élevées de CO2, est d’ailleurs beaucoup plus nuisible au climat que d’autres carburants. L’extraction détruit en outre les territoires des communautés indigènes. Les gens sont expulsés de leur pays et ils tombent malades des métaux lourds et des produits chimiques qui se retrouvent dans toute la chaîne alimentaire. Cette pollution est à la base d’un très grand nombre de cas de cancer parmi les populations locales.

Chaque année, le journal néerlandais Trouw publie un ‘classement durable’ des 100 Néerlandais les plus influents dans le domaine de la durabilité. Nous sommes le seul groupe parlementaire à y figurer entièrement! Je me retrouve à la 18ème place grâce à – entre autres – le combat réussi contre la vente aux enchères de terrains naturels par l’organisation environnementale ‘Staatsbosbeheer’ (‘l’Administration des Eaux et Forêts’). Par le biais d’une ‘campagne de forêt-funding’ pendant le mois d’avril dernier, on a rassemblé un quart de million d’euros en deux semaines pour pouvoir racheter les terrains les plus vulnérables. L’Administration des Eaux et Forêts doit en effet économiser et pour ce faire, l’organisation avait décidé de vendre plusieurs domaines naturels aux Pays-Bas au plus offrant. Le plus offrant pouvait donc aussi être quelqu’un qui aurait envie de transformer sa parcelle naturelle en quelque chose de tout à fait différente. Pendant la vente aux enchères nous avons réussi à racheter presque 100.000 m2 de zones vertes! Pour le moment, la vente des terrains naturels a heureusement été suspendue.

Ma collègue Esther figure également dans le top 100 de Trouw pour son combat contre le déversement illégal de poisson et parce qu’elle rend ‘difficile la vie aux fabricants de pesticides’. Nous continuerons bien sûr nos batailles contre tous les plans fatals qui menacent le futur de notre planète!

Aujourd’hui, lundi 14 octobre, j’ai à nouveau un rendez-vous avec l’ambassadeur de la Roumanie pour discuter de la nouvelle loi roumaine qui autorise d’attraper les chiens errants au hasard, de les empoisonner, de les tuer à coups de bâtons ou de les laisser périr de faim dans des refuges. Le 25 septembre, la Cour Constitutionnelle roumaine avait convenu d’approuver la loi en question. Cette loi roumaine nie cependant quelques accords européens. Jai aussi été chez l’ambassadeur le 20 septembre. Vous pouvez lire le compte-rendu de ce qui a été dit lors de ce rendez-vous dans mon Worldlog de la semaine 39. La semaine prochaine, vous pourrez lire le rapport du deuxième entretien!

500.000 hectares d’espaces naturels sur les îles Aru (Indonésie) sont menacés d’être dévorés par des plantations de cannes à sucre de multinationales. Voulez-vous donner un coup de main? Alors joignez-vous aux protestations de la population locale.

Pour terminer, ce message merveilleux de l’écologiste célèbre dans le monde entier Rachel Carson: “Il ne peut y avoir de paix parmi les hommes tant qu’ils continueront à avoir du plaisir à tuer quelconque être vivant.” (“We cannot have peace among men whose hearts find delight in killing any living creature.”)

Salutation, Marianne