Worldlog Semaine 26 – 2011


1 juillet 2011

Quelle semaine formidable! Ma proposition de la loi visant à’interdire l’abattage sans anesthésie a passé dans la Chambre des députés avec une majorité sensationnelle (116 pour – 30 contre). Trois votes par appel nominal ont dévoilé que la grande majorité du Parlement est d’avis que les souffrances inutiles des animaux ne peuvent plus être justifiées par les traditions ni par la religion. Lisez une sélection de réactions dans la presse étrangère: Financial Times, The New York Times, BBC News

Nous avons prouvé l’existence d’une nécessité morale pour l’interdiction de l’abattage sans anesthésie en nous référant aux vues de scientifiques indépendants et en nous référant à l’idée généralement répandue aux Pays-Bas que l’on ne fait pas souffrir les animaux inutilement . Esther Ouwehand et moi, nous nous sommes ingéniées pendant trois ans à nos fins et nous sommes fières que nous ayons pu convaincre une si grande partie du parlement néerlandais!

Nous considérons l’acceptation de la proposition de loi comme une étape historique dans la lutte pour le bien-être des animaux. Notre proposition de loi a provoqué beaucoup de réactions dans notre société. Une chose est sûre : le bien-être des animaux est devenu un sujet incontournable de la politique néerlandaise. L’étape suivante est la défense de notre proposition de loi au Sénat, probablement cet automne. Je suis impatiente d’y défendre cette proposition de loi!

La préparation de cette loi a demandé des décennies de discussions et de recherches, dans lesquelles des organisations religieuses ont été engagées dès le début. Déjà dans les années soixante-dix les discussions ont commencé, et en 1995 le gouvernement a signalé que les organisations religieuses devraient s’occuper sérieusement d’une diminution de l’abattage rituel sans anesthésie. Les résultats des réunions et des recherches, ainsi que les points de vue consécutifs de par exemple une organisation comme la Société Royale Néerlandaise pour la Médecine vétérinaire, société qui fait autorité, expliquent que l’idée sociale de l’abattage sans anesthésie a changé irréversiblement.

L’interdiction de l’abattage sans anesthésie voulue par la proposition de loi est totalement compatible avec le Traité Européen des Droits de l’Homme. La proportionnalité entre l’objectif et le moyen est garantie dans cette proposition de loi du fait que cette manière de législation est le seul moyen effectif pour atteindre la diminution de la souffrance des animaux. La confiance en l’autorégulation par la voie de conventions n’est pas évidente, justement parce que certaines des organisations religieuses impliquées ont la conviction inébranlable qu’elles ne veulent pas anesthésier. C’est pour cette raison que des mesures législatives sont les seuls moyens convenables.

Un point gagné important pour nous est le plaidoyer souvent entendu que non seulement la mort des animaux devrait retenir notre attention mais surtout aussi la vie qui précède. C’est exactement ce que nous plaidons. La vie des animaux devra être vue avec commisération, non seulement en vue des considérations économiques.
Les félicitations arrivent du monde entier. Je voudrais remercier de tout mon cœur ceux et celles qui ont envoyé des félicitations et des déclarations de soutien ! Esther Ouwehand et moi nous sommes senties très fortifiées par tous les soutiens qui précédaient le débat. De la part de la presse internationale il y a aussi beaucoup d’attention. Cette semaine encore, j’ai mené un débat avec le rabbin Jacobs sur BBC radio ; c’est dommage que la discussion revienne toujours sur la Deuxième Guerre Mondiale.

Pour terminer, je peux faire mention d’une bonne nouvelle venant de la Corée du Sud. L’association coréenne des éleveurs de chiens a voulu organiser un festival pour promouvoir la consommation de la chair de chiens. Heureusement dans le pays lui-même, les amateurs des animaux ont commencé à protester en masse ce qui a eu comme résultat l’annulation du festival. C’est formidable que tous les amateurs de chiens dans la Corée du Sud aient protesté contre ce bizarre ‘mets exquis’ ! Il faut espérer que les protestations finiront par entraîner l’arrêt de la consommation de chiens et de l’élevage horrible qui la précède.

A la semaine prochaine!