Les membres du PE souhaitent mettre fin à la chasse prin­ta­nière des oiseaux migra­teurs à Malte 


27 mars 2018

BRUXELLES, le 27 mars – Les membres du Parlement européen de plusieurs groupes politiques ont exhorté la Commission européenne à ouvrir une procédure d’infraction contre Malte pour la chasse printanière des oiseaux migrateurs. L’eurodéputée néerlandaise du Parti pour les Animaux Anja Hazekamp a pris les devants sur ce sujet.


Anja Hazekamp à la table ronde dans le Parlement européen

Une table ronde sur la chasse printanière à Malte, qui s’est tenue au Parlement européen à Bruxelles, a pris fin avec la députée néerlandaise du Parti pour les Animaux Anja Hazekamp, qui demande à la Commission européenne d’ouvrir une procédure d’infraction contre Malte pour mettre fin à la pratique de la chasse printanière. Selon Hazekamp, la dérogation à la Directive européenne sur les Oiseaux, appliquée par Malte pour permettre la chasse printanière à la caille, ne remplit pas les conditions requises. Hazekamp elle-même a été témoin de plusieurs activités de chasse illégales lors de sa visite à Malte l’année dernière.

Avec les eurodéputés Keith Taylor, Klaus Buchner (Verts), Fabio Massimo Castaldo (EFDD) et Stefan Eck (GUE / NGL), Hazekamp a également annoncé qu’elle convoquerait un débat en plénière du Parlement européen sur la chasse printanière à Malte en mai.

« Il existe des preuves concrètes que les conditions requises dans la Directive Oiseaux de l’UE ne sont pas remplies. Les outils de chasse illégaux, tels que les appelants d’oiseaux électroniques, sont utilisés sur une structure de base, et beaucoup d’oiseaux protégés sont abattus illégalement chaque saison de chasse. L’exécution par les autorités maltaises est faible ou inexistante. En outre, la saison de la chasse printanière à la caille de cette année a été décalée pour coïncider avec la migration de la tourterelle, ce qui accroît le risque d’abattage de cette espèce en voie de disparition. Tout cela sape les objectifs de la Directive Oiseaux de l’UE. L’Europe doit intervenir et protéger nos oiseaux », explique Hazekamp.