Worldlog Semaine 28 – 2014


7 juillet 2014

La semaine dernière était la dernière semaine avant le recès et nous avons réussi à remporter quelques triomphes. Premièrement on va interdire les à-coups de courant des vaches attachées. J’en ai déjà parlé dans mon Worldlog dernier. L’attachement permanent des vaches et l’administration des à-coups de courant, pour forcer l’animal à ne pas faire ses besoins à la place où il se couche, ne correspond pas à un pays civilisé. Chaque année 93.000 vaches laitières et 66.000 veaux sont attachés en permanence.

iStock_000014044236Medium
Et deuxièmement dès la semaine dernière on a interdit le tir à l’oie, une tradition de carnaval où on tire la tête d’une oie tuée. Après avoir insisté depuis des années, la loi interdit aux particuliers de tuer les oies. Avec cette loi le divertissement populaire barbare du tir à l’oie a fini. Oui !

Dans le village néerlandais Grevenbicht on organisait jusqu’à maintenant chaque année l’événement du tir à l’oie. Pour ce jeu de carnaval des hommes aux chevaux essaient de tirer la tête de l’oie tuée tandis qu’ils galopent sous l’animal qui a été pendu par les pattes. Celui qui tire la tête de l’oie a gagné. Les oies sont tués spécialement pour ce divertissement cruel.

En tout cas nous voulons finir le plus vite possible tous les divertissements et folklores qui violent l’intégrité et le bien-être des animaux. C’est la raison pour laquelle ma collègue Esther Ouwehand a déposé une motion pour faire cesser toutes les traditions défavorables aux animaux. Malheureusement on a rejeté cette motion. Apparemment le gouvernement ne peut pas encore renoncer à ce genre de traditions cruelles. Nous continuons à faire de notre mieux!

Cette semaine notre parlementaire d’Europe toute fraîche Anja Hazekamp était tout de suite d’actualité. Elle a refusé un cadeau de bienvenue avec du foie gras que les parlementaires d’Europe ont reçu cette semaine à leur première visite à Strasbourg. Très bien Anja !

Le paquet de foie gras a été offert aux parlementaires d’Europe par l’organisation de pression ‘Campagne pour la démocratie européenne’ qui veut conserver Strasbourg comme ville de conférence. Il se trouve que le cadeau a été parrainé par la commune de Strasbourg, Air France KLM et le secteur des cafés, hôtels et restaurants de Strasbourg…

Close_up_grauwe_gans_3_vanderdenmaarrechtenvrij
Anja a indiqué: “La production du foie gras d’oie et de canard s’accompagne des cruautés graves auprès des animaux. Les oiseaux sont nourris contraints et forcés quelques fois par jour, ce qui est extrêmement stressant et douloureux. C’est la raison pour laquelle cette manière de nourrir est interdite dans la plupart des pays européens. Cela nous choque qu’une ville se promeut sur le dos des animaux. Nous étions déjà contre le voyage va-et-vient mensuel à Strasbourg et ce paquet de foie gras ne réduit pas cette idée.”

J’ai aussi posé des questions à l’Assemblée nationale néerlandaise suite à une expérience de Facebook concernant l’influence de l’état d’esprit des utilisateurs. Parmi 689.000 utilisateurs de ce réseau social Facebook a testé s’il peut influencer l’état d’esprit en montrant ou non certains messages. Nous voulons que la vie privée des utilisateurs de Facebook, y compris beaucoup de mineurs, soit protégée et que les services de médias sociaux demandent explicitement de la permission aux utilisateurs quand ils ont l’intention de faire des expériences pareilles.

Les médias sociaux et les outils de recherche ont de plus en plus d’influence à notre comportement et à l’opinion publique. Influencer est autorisé, mais il doit être clair où se trouvent les limites et les présentateurs doivent être francs concernant la conduite comportementale.

facebook
A côté des inconvénients de l’expérience de Facebook nous exprimons nos soucis de la vie privée des utilisateurs de Facebook. Il se révèle que Facebook donne des numéros de téléphone et des adresses des utilisateurs aux huissiers, banques, institutions judiciaires et publicitaires, malgré le fait que les profils sont publics ou protégés. Pour beaucoup d’utilisateurs c’est imprévisible ce que Facebook fait de leurs données, même pas s’ils ont lu les conditions. Il faut changer cela!

Pour commencer la semaine: Everything You Always Wanted To Know About Meat But Were Afraid To Ask

A bientôt! Marianne